le plus sçavant des oyseaulx

Archives par mois

Liens

liens

études sçavantes

Réponses aux objections

Dimanche 27 Janvier 2008.

Sur la signification de la doctrine copernicienne de la précession des équinoxes

quid de revolutionibus orbium cœlestium avis invisitata specie sentiat

    Les Anciens sont les Anciens et nous vivons avec les vivants. Ainsi, si vous êtes, mettons, spécialiste d'une astronomie géocentrique, la seule question sensée que vous ayez à vous poser est de comprendre la cohérence des représentations que vous étudiez. Que, d'aventure, vous soyez, vous-même, géocentriste, votre lecteur s'en fiche complètement. Du reste, le lecteur qui se croit héliocentriste a-t-il la moindre idée de ce que signifie cette notion ? Prenez Copernic. Il est, peut-être, héliocentriste. Mais, entre ce qu'on appelle l'héliocentrisme de Copernic, et l'héliocentrisme, mettons, de Laplace, pour citer un représentant typique des Lumières et de l'universalisme, dans son cas plus newtonien que Newton, il n'y a d'autre rapport que d'homonymie, comme dirait quelqu'un que vous connaissez. L'exemple de l'explication copernicienne de la précession des équinoxes montre clairement que l'héliocentrisme copernicien se meut dans un milieu de représentations complètement médiévales. Or, cet exemple est crucial. C'est-à-dire que si vous rejetez la doctrine copernicienne de la précession des équinoxes, vous ne pouvez plus vous dire copernicien. Tycho avait bien compris ce point, dans sa lettre à Rothmann. Donc, Laplace n'est pas copernicien, autrement dit il n'est pas héliocentriste au sens où l'était Copernic. Et, donc, il y a homonymie. L'imposture de l'historiographie positiviste, représentée, ici, par Delambre par exemple (mais le problème est justement que ça continue jusqu'à aujourd'hui dans le Journal for the History of Astronomy) est de minimiser ce point en disant que la précession des équinoxes est un détail. Mais non, ce point fait corps avec l'ensemble des représentations qui constituent « l'héliocentrisme » de Copernic, sans quoi la doctrine copernicienne serait un tissu d'incohérences, et vous ne pouvez jeter l'eau du bain équinoxial sans jeter le bébé héliocentrique avec. Si la doctrine copernicienne de la précession nous ramène à l'époque du Pseudo-Thabit ibn-Qura, c'est-à-dire, selon nos estimations, au onzième siècle de l'ère de ces impies d'impérialistes, quelque part aux environs d'al-Zarqâli ou de ses successeurs immédiats, cela ne peut vouloir dire qu'une seule chose : que l'héliocentrisme copernicien est, d'un point de vue épistémologique, un héliocentrisme du onzième siècle. On ne méditera jamais assez la parole de Burckhardt lorsqu'il dit que le lecteur moderne sait, peut-être, que la Terre tourne autour du Soleil, chose que Dante, soi-disant, ignorait (memento quidem Philolai atque Aristarchi), mais que les connaissances astronomiques requises pour comprendre la Comédie ne sont à la portée d'aucun de nos contemporains (les astronomes professionnels exceptés, et encore faudrait-il peut-être circonscrire aux seuls spécialistes de l'histoire de l'astronomie, soit une demi-dizaine de thésards, à l'heure actuelle, dans notre pays déserté par les Muses). Bref, on « croit » que la Terre tourne autour du Soleil exactement comme on « croit  » qu'on descend du « Singe », c'est-à-dire exactement comme Lucien Febvre a montré que les humanistes « croyaient » en Dieu, au sens d'un présupposé irréfléchi dont l'efficace repose sur sa propre méconnaissance, mais consiste à structurer la totalité du champ de vos expériences possibles. C'est ce présupposé qu'il appartient à l'historien de dévoiler. A ce prix seulement pouvez-vous voir le monde avec le regard d'un oyseaul. Il ne s'agit pas de vous convaincre que ceci tourne autour de cela, ou que ceci descend de cela, mais de restituer les conditions qui font que ceci ou cela pût être cru.

oyseaulx | 20 h 32 | Rubrique : Réponses aux objections | Màj : 31/01/08 à 18 h 45 | Lu 4005 fois

Article précédent | Article suivant
Répondre à cet article

Commentaires

Convalescence

oyseaulx

14/02/08 à 05:04

Nuit du 13 au 14 février : Thâbit ibn Qura, ou son pseudo, est malade et on lui a prescrit le repos jusqu'à demain. Inutile de le déranger, il ne répondra pas à vos appels.

Répondre à cet article

Version  RSS 1.0   RSS 2.0 

:: design Palatin par laurent ::